Dernière parution : Alerte info Covid-19 remboursement des échangeurs de chaleur et d’humidité
Le « trou »

Le « trou »

Le « trou » est le terme communément employé pour désigner l’ouverture de la trachée à la peau.

Il s’agit d’une trachéotomie lorsqu’il est temporaire, par exemple en post-opératoire des laryngectomies partielles.

Il s’agit d’une trachéostomie, lorsqu’il est définitif et aménagé en entonnoir dans le cas des laryngectomies totales.

Nous ne traiterons dans ce chapitre que de cette dernière situation.

1. Les soins

Des soins réguliers sont nécessaires, limitées le lus souvent aux premières semaines ou premiers mois après la laryngectomie. Il s’agit des aspirations trachéales et d’aérosols

En effet les voies aériennes doivent s’adapter à la nouvelle anatomie et physiologie. Au début les sécrétions trachéales sont abondantes. Elles doivent être régulièrement aspirées et si nécessaire fluidifiées.

1.1. Les aspirations doivent être douces, aseptiques (changer de sonde d’aspiration à chaque séance) répétées et adaptées à l’abondance des sécrétions. Elles nécessitent la location d’un aspirateur à mucosité et des sondes d’aspiration trachéale (calibre = charrière 14 / embout couleur vert).

1.2. Les aérosols se font avec du sérum physiologiques où, s’il existe des sécrétions sèches voire des croutes, avec de l’acétylcystéine par exemple Solmucol Aérosol ou Mucofluid ou Mucomyst, 2 séances / jour de 10 minutes.

Le trachéostome nécessite le port d’une canule trachéale pour calibrer l’orifice et dont on pourra se passer si, une fois cicatrisé, il n’a pas tendance à se renfermer spontanément, sinon le port de la canule sera définitif.

Le trou modifie la qualité de l’air qui arrive au niveau des poumons: l’air est plus froid, sec et contient de nombreuses particules. il en résulte un risque de trachéite / bronchite chronique. Il va donc falloir le conditionner pour éviter ces désagréments.

Par ailleurs il n’assure pas naturellement la protection contre l’irruption d’eau et expose aux conséquences désagréables des expectorations.

Des dispositifs médicaux sont commercialisés par en France par Atos, Ceredas et Collin (distributeur Blom Singer).

Généralement après la chirurgie un prestataire de service a été désigné qui peut se charger délivrer ces dispositifs sur prescription médicale.

Ces dispositifs sont différents selon que le patient a une voix oesophagienne ou une voix trachéo-oesophagienne.

Il existe des kits de démarrage qui vous permettent de faire le choix du matériel le plus adapté. Atos et Ceredas propose une aide à domicile par un de leur personnel.

2. Les canules

Il existe un grand nombre de canules. Après la phase aiguë de la chirurgie et/ou de la radiothérapie, le laryngectomisé est équipé d’une canule .

On distingue des canules maintenues par un lacet et celles fixées par un adhésif

2.1. canule fixée par lacet

2.2. canule clipsée sur embase adhésive

Elles ne seront utilisés qu’une fois la cicatrisation cutanée obtenue aprés la chirurgie ou aprés la disparition de l’épithélite (inflammation de la peau) due à la radiothérapie.

Il existe un grand nombre d’embases d’adhérence, de forme, de durée variables.

La canule est facilement clipsée et déclipsée.

La peau peut souffrir de l’action de la colle. On peut  la protéger par de la teinture de Benjouin.

3 . Les Echangeurs Chaleur Humidité (ECH) : le « nez artificiel »

Il servent à humidifier, réchauffer et dépoussiérer l’air inspiré.

Certains permettent d’utiliser une prothèse phontoire sans avoir à obturer le trachéostome avec le doigt, il s’agit des systèmes « mains libres »

4. La prothèse phonatoire

cf. le chapitre: voix tracheo-oesophagienne

5. Les accessoires divers

5.1. Les protecteurs pour la douche

La douche est bien plus sûre que le bain car les voies aériennes ne sont plus protégées de l’irruption brutale d’eau.

5.2. Tracheoclean (Ceredas)